brexit-3579600_1920.jpg

1 an de Brexit, qu’est-ce que cela signifie pour l’AFSCA ?

Depuis janvier 2021, le fromage britannique de Stilton, la viande d’agneau, les yaourts... ne franchissent plus les frontières belges aussi facilement. Ces produits peuvent être vendus librement au sein de l’Union européenne. Mais le Royaume-Uni ne faisant désormais plus partie de l’UE, toutes les entreprises du secteur alimentaire britannique doivent se plier aux mêmes règles d’importation que les entreprises des autres pays tiers, tels que la Chine, les États Unis, le Brésil... En 2021, l’Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (AFSCA) a de ce fait contrôlé nettement plus d’envois au niveau de leur sécurité (alimentaire).

6.250 contrôles à l’importation de marchandises britanniques

Lors des contrôles effectués par l’AFSCA, il est vérifié que l’envoi est bien accompagné des documents nécessaires et que les marchandises satisfont à la législation européenne.

 

En 2021, pas moins de 5.859 envois de produits d’origine animale ont été présentés à la frontière belge pour contrôle. Il s’agissait par exemple d’aliments pour animaux tels que le petfood (25%), de denrées alimentaires telles que la viande et les produits laitiers (19%) et d’autres produits. Pour la Belgique, le port de Zeebruges est le principal point d’entrée des marchandises britanniques (94% des envois britanniques importés via la Belgique). Il ressort des contrôles réalisés par l’AFSCA que 95% des envois satisfont à la législation européenne.

La majeure partie des envois refusés (217 sur 261) l’ont été pour des raisons documentaires (documents manquants ou caractère incomplet des documents).

Depuis janvier de l’année dernière, les végétaux et produits végétaux sont également soumis à un contrôle. Au total, 356 envois ont été importés via la Belgique, dont 76% étaient conformes. Ici aussi, la principale cause de refus des envois était que les documents étaient incorrects et/ou incomplets.

L’AFSCA a en outre contrôlé 24 envois d’animaux vivants (principalement des chevaux) et 15 envois de denrées alimentaires d’origine non animale.

industrial-port-and-container-yard.jpg

S'organiser pour lutter contre la fraude